Are yu COP ?

Quels acteurs pour contribuer aux enjeux Post COP21/22 ?

La conscience climatique est generalisee. Entre les deux COP, on passe de la réflexion a l’action….Le séminaire Management des Nouvelles Economies ouvrira ses portes, lundi 28 novembre sur cet impulse. Il se tiendra jusqu’au 2 décembre dans le quartier de Saint-Lazare a Paris (intervenants en image ci-dessous).

wwf-shark

Pour qui ?
Des spécialistes de la marque, lesquels sont aussi une partie de la solution

Sylvain Hatesse (droite), co-fondateur du jeu Terrabilis

Sylvain Hatesse (droite), co-fondateur du jeu Terrabilis

Objectifs ?
Regarder loin, agir de près, telle sera la consigne
 pour impliquer les nouvelles generations, futures responsables de l’existence d’un nouveau monde. (De)construire sa vision du monde de demain et puis la vivre sur une semaine pour être prêt a la décliner et l’exploiter  a travers le prisme de la communication et du marketing de demain.

Brieuc Saffré, co-fondateur de Whitaa

Brieuc Saffré, co-fondateur de Whitaa

Sylvain Boucherand, BL Evolution

Sylvain Boucherand, BL Evolution

Armand Bernoud, co-fondateur de Maximum

Armand Bernoud, co-fondateur de Maximum

Alexandre Bouton, Urban Act

Alexandre Bouton, Urban Act

Nicolas Froissard, mouvement UP! et VP Groupe SOS

Nicolas Froissard, mouvement UP! et VP Groupe SOS

Pascal Signolet, Delegue General du Festival Atmospheres

Pascal Signolet, Delegue General du Festival Atmospheres

Principaux thèmes ?
La COP pour les nuls : L’économie du 21e siècle expliquée aux terriens
Nouvelles entreprises, nouveaux managements
Communicants, parlez vous cop ?
Cop ou pas cop ? Les defis que doivent relever les citoyens

Engagement for Action juste avant la fin du(n) monde !

Voici le programme :

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Les infos a retenir des accords de Paris 2015 et leurs consequences concretes depuis leur entree en vigueur le 4 novembre dernier :


– ratifies par  ? 195 pays dont Chine, USA et Inde

– objectifs ? les chiffres a retenir : 2degres pour 50% de reduction de GES d ‘ici 2050
– methode : non contraignante base volontariat (tres important car meme principe souhaite pour application RSE aujourd hui)
– facture : le lead est pour les pays riches qui ont promis en 2009 une enveloppe de 100 milliards de $ (montant a revoir en 2025). Pour les autres pays developpes le financement se fera sur la base du volontariat. Enfin une tolerance et un accompagnement sont fortement souhaites envers les PVD
– controle ? objet de la cop22 avec un mot d’ordre la transparence et  un mot cle la transition


3 raisons de comprendre Marseille avant de l’entreprendre

La population américaine (entre autres touristes du monde entier) est horrifiée et en même temps fascinée par cette ville si particulière. Riche et intimiste, pour les gens in the know, Marseille est reconnue comme the best-kept secret of Provence.

Cette ville, que l’on appelait autrefois Massilia, est la seconde de France et aussi la première ville Arabe. Un siècle d’immigrations multiples, aura façonné Marseille. A ce titre, elle est considérée comme un laboratoire naturel de modernité sur la cohabitation entre français d’origine et ceux en provenance de l’Afrique du Nord ou du bassin méditerranéen.

Certains habitants, évoquent Marseille comme un Montmartre du sud et d’autres encouragent à s’immerger dans la rue d’Aubagne, car selon eux « c’est là que vous comprendrez ce qu’est la pluriethnicité » !


Marseille est à la fois protégée d’un tourisme de masse par son image de ville virile voire « dangereuse » et également blessée par cette vision réductrice. Une fois révélés ses trésors, on peut ne pas être a l’aise ou attiré pour toujours ! On ne restera dans tous les cas, jamais insensible.



L’image versus la realite

french-connectionLa memoire collective ou plutot l’insconscient collectif sur Marseille s’est construit autour d’idees sur la criminalité, la violence et le trafic de stupéfiants depuis les années 70, reveles par la sortie du film The French Connection – Rôle principal tenu par Gene Hackman, puis dans The French en 2014, joué par l’acteur français Jean Dujardin, dans l’adapation française.

Les media français ne rassurent pas non plus car ils mettent régulièrement en avant son insécurité, pourtant parmi les plus faibles de France !

La ville est aussi indéniablement plus sure que beaucoup d’autres villes dans le monde et notamment celles aux USA.

Regardez bien ces funestes statistiques qui parlent fort en faveur de Marseille !

« 16 personnes ont été tuées à Marseille depuis le début de l’année, essentiellement dans le cadre de règlements de compte liés à la drogue et la mafia locale quand 4000 ont été tuées en 2015 à Caracas  » selon le quotidien The Telegraph.

41 des 50 villes les plus violentes sont situées en Amérique Latine. Les Etats-Unis sont également bien présents dans le classement, avec en outre des crimes racistes:
– St Louis, arrive en 15e position
– Baltimore – 19e
– Detroit- 28e
– La Nouvelle Orléans – 32e

Sources Statistita


Les clés pour ouvrir les portes de la belle Marseille

Une fois cette barrière de l’image négative franchie, voici 3 clés que Marseille offre à ceux qui font l’effort de la comprendre avant de l’entreprendre.

      1. S’immerger dans un cadre idyllique

img_1998Marseille dispose de 42 kms de côtes. Elles s’étendent du nord en forme de croissant alternent entre les rochers, le sable et les galets. Même les splendides Calanques aux eaux turquoises sont très proches de la ville.
Le parc balnéaire du Prado permet un accès facile à la mer, grâce a ses 40ha verdoyants. Les multiples facettes de ce parc sont un délice pour les visiteurs a tout moment de l’année. Outre, le Skatepark de renommée internationale, un stade est construit l’été pour accueillir des compétitions sportives internationales et des activités culturelles. De là jusqu’au Vieux-Port, il existe encore de nombreux endroits secrets comme L’Estaque ou la plage des Catalans.

Un veto néanmoins a cause notamment des boues rouges toxiques. Le paysage ne fait pas tout, faut-il encore vouloir bien le traiter voire prendre soin de son patrimoine…

      2. S’enrichir et vivre une vie intense avec une scène culturelle innovante

img_1209

Le toit terrasse a la Friche Belle de Mai pour un cine-opera, une soiree DJ, juste la vue…

L’intégration sociale peut se traduire de deux manières a Marseille

# une politique publique en faveur de l’assimilation. Par exemple, the Centre de Marseille pour l’intégration en Méditerranée (CMIM), lancé par la Banque Mondiale en 2009, conjointement à d’autres institutions et gouvernements (égyptien, jordanien, libanais, marocain, etc.), a pour raison d’être l’accès à une meilleure connaissance, de meilleures pratiques et la création d’opportunités de coopération dans la région méditerranéenne, dont fait partie Marseille.

# l’émergence de nouveaux lieux culturels, grâce à l’événement “Marseille-Provence, capitale culturelle 2013”.

La Villa Méditerranée est la Mecque de l’ouverture sur le monde et la construction de la Méditerranée. C’est ici même que s’est tenu, le Festival Delta, Une mise en avant de l’excellence artistique de la région marseillaise. Rien a voir entre les deux, juste deux mondes qui cohabitent. . A l’image du desormais incontournable Festival Marsatac, etc.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

« Allez à Marseille. Marseille vous répondra. Cette ville est une leçon. L’indifférence coupable des contemporains ne la désarme pas. Attentive, elle écoute la voix du vaste monde et, forte de son expérience, elle engage, en notre nom, la conversation avec la terre entière. » Albert Londres – Marseille, portes du sud

Le MUCEM est le premier musée national, construit en région ! C’est un lieu de connaissance, d’enseignement et de collaborations internationales. Il offre une analyse inédite dans le monde, de ce qu’est une civilisation croisée entre européens et méditerranéens.

# la consécration durable des théâtres de la ville combines a ceux de sa soi-disant rivale, Aix-En-Provence, grâce a son dirigeant visionnaire Dominique Bluzet, et a son équipe méritent toute notre attention et que les autres grandes villes soient bien attentives a sa sélection éclectique, ce qui en fait le projet, dépassant les murs, eux-mêmes des 4 théâtres.

          3.Observer et participer a son modèle d’intégration sociale inédit

exposition-next-city-collectif-marseille-3013-rue-de-la-republique-marseille-22Tout ceci est tres encourageant mais sans doute jamais assez inclusif pour cette ville hors-norme. D’ailleurs, un collectif qui se nomme 3013, propose une approche alternative pour permettre a Marseille d’entrer dans les critères d’une ville en transition, autrement dit construire la « ville de demain »

C’est vraiment étonnant de voir que des citoyens français « made in » méditerranée, sont capables de parfaitement s’intégrer et vivre dans la ville de Marseille, sans distinction de race, de couleur, d’origine et donc de culture. Ils font de leurs différences une force pour vivre ensemble sans violence, comme nulle part ailleurs en France et peut-être dans le monde.

Pour approfondir avec rigueur et plaisir leur compréhension de la société française et sa connexion avec le monde arabe, de nombreux étudiants et candidats libres peuvent choisir des progammes uniques a Marseille ou ils aborderont les Relations Internationales, le Moyen-Orient, l’immigration, les Sciences-Politiques incluant une étude terrain sociologique et gratuite. Puis si le coeur leur/vous en dit pour satisfaire leur/votre curiosité…juste en face, en traversant la mer, il y a le début ou la suite de l’Histoire avec notamment, la COP22 !

LA MARQUE RESPONSABLE : SOCIAL CLUB OU VERY BAD TRIP ?

Février 2016

La RSE, version exploitable du Développement Durable en entreprise, est loin d’être comprise et/ou acceptée.

* Pourtant elle est abordée voire intégrée par un nombre croissant d’entreprises chaque année.
* Pourtant la RSE fait apparaitre un système de rémunération variable pour le top management.
* 51% des dirigeants interroges par le baromètre Generali/CSA pensent que la lutte contre le changement climatique constitue un moteur d’innovation.1248937_156_tour
* Pourtant post-attentats les marques / entreprises ont su trouver les mots :
– prise de parole avec une posture d’empathie (Apple, Google, Airbnb, etc.)
– accoler la Tour Eiffel + symbole de paix a son logo
– des dirigeants préoccupés par le bien-être de leurs collaborateurs (volet social de la RSE) ont pris des dispositions en interne et/ou conseil auprès d’organisations extérieures pour savoir comment aider leurs « ouailles » les plus touchées…. Pourquoi avoir attendu ces tragiques événements pour produire un symbole de résistance et d’humanité ?
Seulement si les entreprises s’engagent, elles ne veulent pas payer la facture carbone proportionnelle a l’impact de leurs activités.

… Belle affaire pour les uns ! Bonne conscience pour les autres !

DSC_0767De même l’exposition Universelle de Milan qui s’est tenue jusqu’en octobre dernier, en a été une preuve flagrante avec des sponsors et parfois des pavillons complètement a cote de la plaque pour répondre a la thématique de l’événement « Comment nourrir la planète et préserver l’énergie de la vie ? ».

COP21Dans le registre événement planétaire, la COP 21, a laquelle un grand nombre d’entreprises a souhaité s’associer, vient de boucler avec succès ses portes. C’est le temps du bilan et aussi l’occasion de jouer cartes sur table… j’ose même dire, de (re)battre les cartes pour imaginer ce nouveau monde plus responsable !

En effet, arrêtons les petits arrangements avec les mots et les couleurs

Revolt_Design_AF2015

Collectif Brandalism : détournement des publicités des principaux sponsors de la COP21

(greenwashing) pour dire que sa marque est engagée. Ce n’est pas le collectif Brandalism qui dira le contraire ! La communication responsable se détourne de la publicité pour que l’information prenne le relais mais c’est un travail de longue haleine qui demande humilité et compréhension des enjeux.
Alors il ne fait pas bon d’avoir mauvaise presse vis-a-vis du climat.

A ce titre, PSA Peugeot Citroen a su prendre les devants, contrairement a son homologue Renault, en concluant un partenariat avec l’ONG transport et environnement pour publier les consommations de ses voitures en condition réelles dans la foulée du scandale Wolkswagen.
Comme quoi, la pression qui pèse sur les communicants est forte ! Dans un autre genre, la nouvelle patronne de la marque American Apparel (qui a remercie son ex PDG, trop occupe par le harcèlement sexuel de ses collaboratrices) a décidé de mettre fin a leurs publicités dégradantes pour la femme.

Une nouvelle vision des métiers de la communication et du marketing …qui commence par un acte concret : la rédaction et publication du rapport annuel RSE. Autrement dit le reporting extra-financier d’actions bien réelles. Contrairement à certains préjugés, ce ne sont ceux pas ceux montres du doigt en France (Total, Mc Do, and co) les plus mauvais dans cet exercice, bien au contraire ! En outre, le web est en train de changer définitivement notre approche métier du DD et de la RSE.

Enfin, jusqu’où peut on lier valeurs personnelles et activité professionnelle ? Les managers responsables et les salariés engagés, donc convaincus par l’intégration des enjeux de développement durable dans leur entreprise, sont une espèce en voie d’apparition. En outre, la génération Y (et bientôt Z) en quête d’utilité et encore idéaliste reste plutôt absente de cette mouvance. Ce sont les + de 30 ans reconnus, comme les plus mobilises. Pourquoi certains peinent encore à se déclarer ?

Déjà l’épreuve (les preuves ?) de confiance réapparaissent dans certaines grandes entreprises a l’instar d’Augustin de Romanet, PDG d’Aéroports de Paris et premier dirigeant (sur 38) a avoir signé la charte « Confiance et Croissance » « à la jonction des dimensions économiques, axiologiques, tels les valeurs et les engagements RSE, et relationnelles ». Cette démarche scientifique a mis en évidence la complémentarité de cinq « briques » de la confiance, leurs influences réciproques et leur impact sur la croissance. « Avec les capitaux matériels et financiers, les capitaux d’image, de marque et de réputation, le capital confiance constitue le troisième actif clef de l’entreprise» affirme le dirigeant.


Donc opportunités de business et d’innovations, il y a…c’est prouvé ! Mais jusqu’à quel point peuvent elles changer le visage de l’entreprise …surtout s’il s’agit d’actions en demi-teinte ?

b27661e6Alors sans jouer les père et mère fouettards ou a l’inverse les bien-pensants.. et sans viser a tout prix la perfection…. De quoi auraient besoin le marketing et la communication aujourd’hui pour bien pour avancer sur le chemin de la sincérité, l’authenticité. Quelle serait une bonne démarche RSE pour que la marque, expression des valeurs intrinsèques de l’entreprise prenne un élan citoyen sans précédent et devienne gagnante durablement ?

La RSE « social club ou very bad trip » cela revient a se demander si tout cela n’est pas que le mythe de l’Arlésienne ou au contraire la boîte de Pandore ? Existe t-il de grandes règles de base à respecter ? Comment apaiser la relation au temps et rendre toute sa désirabilité a la marque !

Les 100 participants aurons une semaine pour se (re)positionner, se déclarer peu ou prou RSE, casser leurs apriori ! Et surtout trancher –  pour toujours évoluer, en même temps que la société – en donnant vie a l’accord signé par les 196 pays du monde en cette date historique du 12 décembre 2015 !

Séminaire Marque et Innovations Sociétales se tenant a Paris du 25 au 29 janvier 2016. En savoir +

Un meilleur système se met en place progressivement

Le monde est a refaire, ce n est pas l’echosysteme qui le dit cette fois, mais the next project system. Le collectif appelle aux alternatives en vue d’un changement profond du modele économique et des institutions. Tous les secteurs doivent revoir leur copie pour se transformer et/ou faire émerger entre autres des banques éthiques, une agriculture urbaine, des énergies renouvelables…

Parmi les personnalités du Think Tank :  la directrice de Greenpeace USA, le conseiller environnemental d’Obama, des représentants et chercheurs des prestigieuses Universités de Berkeley, Columbia, Harvard, M.I.T ou encore la fondatrice du site d’autopartage Zipcar, Robin Chase, a laquelle on doit la share economy.

Une de leur force :  la mixité sociale, raciale, inter-generationnelle avec aussi bien des femmes que des hommes issu d’univers varies et pas des moins brillants !

Ils s’accordent sur ce constat accablant :

« Le système politique et économique actuel n’est pas programmé pour assurer le bien-être des hommes et de la planète. Ses priorités sont à l’inverse le profit des entreprises, la croissance du PIB et la suprématie nationale. Si nous voulons relever les défis multiples auxquels nous sommes très sérieusement confrontés, nous devons penser autrement pour parvenir à construire une nouvelle politique économique. Cette politique doit nous élever au-delà du système actuel, qui se meurt. Qu’importe la difficulté de la tâche, le temps qu’elle nécessite : les problèmes systémiques exigent des solutions systémiques ».

Pour en savoir plus :


mots-clés : développement durable, courage, faire face, systémique, alternatives réelles, solutions, everyone

C est donc le signal de moins en moins faible que le capitalisme a epuise toutes ses ressources, (bien entendu) non renouvelables !

Sur notre petit territoire neanmoins réputé pour ses grandes idées, on sent comme une effervescence autour des nouveaux enjeux de société. Les think tank, porte-parole du foisonnement intellectuel laissent perplexes pourtant les français, a l’image de la franc-maçonnerie, sans toutefois leur ôter de la crédibilité.

La discrétion est encore de mise mais quelques effort sont faits pour déterminer leur rôle respectif et leur influence avec notamment :
– le Barometre-Image-Think-Tank-OTT-VF de l’observatoire des think tank
–  le top 10 des « laboratoires d ‘idées »  diffuse récemment sur le site du magazine Challenges 

A quand des résultats transparents et concrets de l’influence de nos brillants think (et a priori do) tank ?

Stefane Grandcamp

La communication (ça se) positive ! Seminaire du 2 au 6 février 2015

 Bienvenue dans l’ère de la communication positive ! ou l’art d être responsable, pluriel et joyeux pour communiquer… ENFIN ! Elle fait écho a un développement souhaitable qui rime avec désirable ! Cela inclut des communications plaisir, participative, plurielle, co-creative, pertinente, parlante ! Là ou l’innovation durable se démocratise, le business for Consumers se generalise. La Communication positive se construit à plusieurs. Elle fait participer son public d’une manière ou d’une autre.

Le marketing de la peur - Edition Eyrolles 2014 - Serge Michels* Le brand content sincère, le storytelling authentique n’a jamais autant eu le vent en poupe et assassine la langue de bois au profit de la langue de boite ou le patrimoine et l héritage prend tout son sens. Les héros et antihéros, reprennent de la force !

* C’est la désinjonction du développement durable, l’anti-thèse d’une approche anxiogène, dont le moteur est la peur.

* Fun or die pour communiquer avec une génération aussi positive que cette nouvelle économie. Les spécialistes des serious game l’ont bien compris : pour faire passer un message difficile : le jeu… en vaut bien la chandelle et ainsi obtenir de l’engagement ! C’est la théorie du Q.E versus le Q.I pour innover et réussir…

* Idem pour les nudges et la Fun Theory qui nous vient tout droit des pays anglo-saxons et qui ne perce pas encore mainstream en France. Pourquoi mettre des touches de piano sur les escaliers du métro ? Comment une mouche dans les urinoirs de l’aéroport de Londres permet de réduire la quantité de produits ménagers ? …. Cette petite douce-force de persuasion permettra de changer les comportements sans que les intéressés s’en rendent compte.. Mais attention ici la manipulation est douce et pour la bonne cause !

* Entre humour sympathique, caustique, absurde et satirique chaque marque peut trouver un discours de distanciation ou de proximité mais son socle, c’est la confiance ! Nous tenons ici notre paradigme. La communication responsable ne rime plus avec coupable. 

Alors, prêts pour changer d’époque avec nous ?

Suivez le séminaire innovation & RSE, que nous organisons pour la 5eme année a l’Iscom et consacré cette année a la #ComPositive.

8 experts, maître artisans, beta-testeurs de la communication positive vont partager leur petits et grands plaisirs a assumer
une communication responsable et joyeuse pour faire changer les comportements. Ainsi qu’un partenaire media et un institut culturel positifs !
 La Gaite Lyrique

Voici les éléments de contenus sur lesquels ils nous ont amené a réfléchir :

Alice Vivian, IFS
Alice Vivian, Responsable Communication de
 l’Institut des Futurs Souhaitables
Coming out des conspirateurs positifs le 11 février
Pourquoi est il nécessaire de reenchanter le monde et de travailler sur la réinvention
Qu’est-ce que la propagande positive

Vincent David, R.U.P

Vincent David, fondateur de l’agence RUP
De l’interet de bien connaitre le fonctionnement du monde associatif et des ONG pour parler le meme langage et aussi parce que les services com d’une entreprise auront affaire a elles en bien ou en mal. Cf. Crise huile de palme…
Est-ce le role d’une agence de communication de refuser un client qui n’accepterait pas les règles 
anti-greenwasfhing ?

Alexandre Pasche
Alexandre Pasche, fondateur de l’agence Eco&co
Comment rater sa communication responsable ?
De wikileaks a greenleaks
La fabrique des heros

Cyril Dion
Cyril Dion, auteur, acteur, réalisateur. Fondateur avec Pierre Rabhi de l’ONG Colibri et de Kaizen Magazine
Son film « Demain », co-realise avec Melanie Laurent, qui sortira pour la COP21
Quelle est l’utilite sociale de la communication ? Est-ce qu on prêt a communiquer a tout prix..Pour dire quoi .. Et Mettre notre énergie et créativité pour ça ?
La communication doit avoir un role a jouer pour aide les gens a résoudre le problème (sic développement durable)… Pour autant que l on soit déjà persuade qu il y a bien un probleme

Vincent Leyrit
Vincent Leyrit, fondateur de WeeAkt
Comment et pourquoi devenir le Linkedin des actions positives / du bien collectif
Plateforme B2B et B2C 

Valerie Duchesne, Fonds National de Promotion et de Communication des Artisans
Valerie Duchesne, responsable communication du Fonds National de Promotion et de Communication des Artisans
L’artisanat, devenez demain. Focus 360 degrés sur le dispositif de communication mis en place pour la campagne « 250 raisons de devenir artisan » et bilan.

Christine Hermann
Christine Hermann, Directrice de la communication et RSE Orange Groupe
Vulgariser son approche RSE via l’infographie
Comment en tant qu’opérateur responsable, on peut faire évoluer les codes et les comportements ?
Faire la différence par la RSE dans un univers ultra 
compétitif

Jordane Paquet

Jordane Paquet, co-fondateur de  Interaction Games
Les serious game se présentent com​me des outils de pédagogie et de familiarisation aux enjeux économiques et politiques et insistent sur la complexité des problèmes publics et sur les diffi​cultés pour les résoudre (Mauco, 2008) Peux t-on s’amuser quand on communique sur une message sérieux ?
Quel marche pour les serious game ?
Quelles Valeurs pédagogiques et marketing.

Cette semaine propulsée par Lechosysteme était bien riche et personne n’en est sorti comme il y était entré.

Voici le rapport d’étonnement. Merci @Camille Vicente, Sandra Renaudeau, Edwige Kerhuel, Alice Lagarde, Aurelia Kovalshchi, Tony Thuillier !


Au-dela du nouveau nom de domaine « .paris », la capitale communique sur son éco-exemplarité

Concours organise en partenariat avec egreen

Concours organise en partenariat avec egreen

A quelques jours de la mise en ligne du .Paris, la capitale française a de quoi nous rendre fiers. Elle ne fait pas que se (la) raconter culturellement, elle est aussi devenue une des villes les plus éco-exemplaires. Elle intègre les enjeux de DD et promeut les initiatives responsables a travers un site virtuel et un site physique inédits. C’est aussi via notamment l’édition d’un guide vert, un concours selfgreen, une appli 3.0, le supercycling, qu’elle challenge les autres capitales du monde.

Le guide du Paris Durable

Tiré à 40 000 exemplaires en anglais et en français, le guide propose de découvrir la capitale par thématiques : « Bouger en douceur », « Dormir au vert », « Manger bon, bio et local », « Consommer responsable », « Se faire du bien », « Visiter Paris autrement » et « Prendre l’air ».

Nous sommes allés découvrir ce qui se cachait derrière la Maison des Acteurs du Paris Durable dans le 4ème arrondissement. Cette structure méconnue dépend de l agence de l écologie urbaine, elle-même dépendante du service environnement de Paris. Nous y avons rencontre Eliane Jamin, Conseillère environnement et agent de Paris. Elle gère les événements physiques de la Maison des Acteurs du Paris Durable et son site, avec l’aide de trois personnes et deux community manager. Leur profils : des éducateurs a l’écologie (jardinage, consommation responsable, gestion de la biodiversité à la maison de l’air, la maison des oiseaux, l ex-péniche de l eau, la maison des cinq sens, la ferme de paris). 

S.G : Comment est née la Maison des Acteurs du Paris Durable (MAPD) ?
E.J : 
Il y a environ trois ans, la ville a opéré un changement d objectifs et de public. Denis Baupin (alors maire adjoint de Paris et chargé du développement durable, de l’environnement et du plan climat) a réalisé qu il y avait beaucoup d acteurs responsables méconnus a Paris. L’idée était donc de les regrouper et de les valoriser, parce qu’ un projet commence toujours par une rencontre, en référence à notre slogan.

S.G : La MAPD, c’est combien et quel profil d acteurs ?  
E.J : environ 3000 / 4000 acteurs. Ce sont des associations, des entreprises de personnes individuelles ou personnes morales. La catégorie la plus représentée ce sont les particuliers.

BALADE PARIS DURABLE : les conseillers espaces verts construisent le contenu de cette appli 3.O. Elle rencontre un grand succès, vous pouvez en profiter en solo sinon le réel et la communauté prennent le dessus.

BALADE PARIS DURABLE : les conseillers espaces verts construisent le contenu de cette appli 3.O. Elle rencontre un grand succès, vous pouvez en profiter en solo sinon le réel et la communauté prennent le dessus.

S.G : Quelles sont les actions engagées pour animer le site virtuel (web) et le site physique (Maison) ?
E.J :
 Toutes nos actions se regroupent autour d’une philosophie, celle de l’écologie des solutions. C’est-a-dire faire mieux sans payer plus cher. A paris, c est difficile de se fournir c est tjrs un peu plus cher mais il y a l’exemple des ressourcerie, recyclerie, rejoué, etc.
L’element important de notre site web, c’est son agenda.
On y verra par exemple que Sofiz organise un colloque.
De même pour les ateliers  de la souris verte, sorte de do it yourself pour les cosmétiques. il y a aussi les Fourmis vertes (syndic, aides a la personne, citoyens). Nous organisons beaucoup d’événements pour faciliter les rencontres et les échanges  comme avec le refeed, cuisiner sans pesticides avec l’association « de la fourche à l assiette ». Il y a des Amap et des épiceries solidaires permettant d acheter sain selon les moyens.  On privilégie plutôt des actions relatives à l’économie positive. Les membres-acteurs du Paris Durable, peuvent organiser un événement à condition qu’il soit gratuit, dans la thématique DD et ouvert a tous..

le réseau français des étudiants pour le Développement Durable

le réseau français des étudiants pour le Développement Durable

S.G : Greenpeace pourrait-elle venir faire une réunion ici ?
E.J : Non, nous ne faisons pas dans le militantisme.

S.G : Existe t-il un profil type du parisien responsable ?
Il y a beaucoup de femmes, situées de l est parisien, déjà actives dans cet univers (amap jardins partagés, conseil de quartier). Elles ont un emploi fixe, un niveau de vie assez confortable. C’est aussi a contrario des jeunes sans emploi curieux.  Les personnes dans l urgence personnelle ne peuvent pas se préoccuper de ces questions.

S.G : Existe t-il parallèlement un profil type d’acteurs responsables professionnels ?
E.J : association, T.P.E, commerçants responsables, carrot mob, ouishare, des artistes des créateurs de vêtements bio, upcycling, withaaa (atelier : appréhender la matière, disparition des ressources). Le miel béton et le parti poétique… Saviez que le miel de Paris était de très bonne qualité comme les abeilles doivent travailler deux fois plus pour trouver les meilleurs ingrédients…. et qu’à Paris désormais il n y a plus de pesticides dans les jardins au regard de la charte biodiversité.

S.G : En quoi consiste la Promotion des Acteurs du Paris Durable ?
E.J : C’est une récompense de projets innovants. La compétition s’articule autour de trois types de participants : particuliers – association – T.P.E.
L’un des gagnants, en 2013, était « la domotek » : prêt de produit menager-bricolage.
En 2014, il s’agit notamment d’extramuros, de bioburger, etc.

Merci Eliane et bonne continuation a la MAPD !

Solar Flight, they believed they could fly

Eric Lentz on the Sunseeker

Eric Lentz-Gauthier on the Sunseeker

Nous avons rencontré, il y a quelques semaines, l’un des membres de SOLAR FLIGHT INC, l’avion propulsé par l’énergie solaire ayant déjà battu plusieurs records depuis 1990. Eric Lentz-Gauthier était sur Paris à l’occasion du salon 1.618 (luxe et développement durable) et s’est prêté au jeu de l’interview après validation auprès du membre fondateur de la Solar Flight Team (SFT) et sa femme, Eric et Irena Raymond restés en Californie.

Solar Flight Achievements since 1990

SG : Could you resume your feat ? SFT : You can read the short history here

Sunseeker : Solar Flight I out of 3

Sunseeker,                             Solar Flight I out of 3

SG : How comes a such idea ?
SFT :  Very early on in the flying of the original Sunseeker airplane, it was obvious that the next goal would be to build an airplane that could carry passengers to share this experience.  We had to wait for some technologies to advance before it became possible. Solar cell efficiency was the major enabling technology. The new cells that we are using are nearly 10x the performance of the cells on the original airplane! To watch the « fuel tank » filling up as you sit on top of the clouds is an entirely new experience. It is something that we can try to describe, but it really needs to be experienced first hand. The horizon looks different when you are flying with an unlimited source of free energy. Once you have experienced this, your perspective is forever changed.

SG : How did you prepare yourself (mentally and physically) ?
SFT : When doing any type of flying, it is important to be disciplined, but especially when you are flying something experimental. It is exciting to accomplish new feats, to break records, to make first flights; and sometimes there is a lot of pressure generated from the excitement. It takes a lot of discipline to keep safety as the first priority. Sometimes you have to call off a flight because of something that seems trivial, but once you are in the sky, nothing is trivial! Building an airplane is a huge endeavor. During the process of design and construction, a big part of the mental challenge is to keep the dream in mind even when you are faced with obstacles that seem insurmountable. Sometimes to face the tedious parts of the project in the workshop takes more courage than the flying. 


SG : What type and how many stake holders involved into your project ?
SFT : The biggest investment in Solar Flight’s endeavors comes in the form of time. Thousands of hours of work from an incredibly talented and experienced group of people who share a passion for aviation pioneering. We also have good technical alliances with companies ranging from advanced materials to avionics. The project would not be possible without their technologies and support. 

"Real goods" the book

« Real goods » the book

SG : Please answer with a genuine approach : what’s the best picture of this journey do you keep in mind ? The worse ?
SF T: At Solar Flight we like to be at the cutting edge of what is possible in sport aviation. We like to demonstrate new possibilities for sport aviation. Our best hope is that we can develop technology that will be adopted in production airplanes and that we can continue to push the limits of what is possible with new technologies as they develop. Right now is a very exciting time for sport aviation. Electric drivetrains have incredible promise. With all of the great things that we can accomplish with technologies and ideas that are available right now, TODAY, the worst thing I can imagine is a failure to recognize our potential; a failure to have the courage to recreate our world in the most beautiful way we can. We’re making sure that doesn’t happen! 

SG : What’s your main goal in life ? SFT : To leave things better than I found them.

SG : What part of the world, people are more concious about preserving the planet ?
SFT : I don’t think there is any one place that you can point to and say, « here is the best place! »  In all parts of the world you can find things that are being done very well and things that can be improved.  In Slovenia, where Irena is from, there is a fantastic culture for growing your own food. It is inspiring to ride around her town and see the beautiful gardens that everyone has, and it’s always a treat to eat dinner at her house because the table is full of things from her yard, or from the yards of her friends (and she’s an incredible chef!). Where I live in California, it is exciting to watch bicycle culture grow and to see cities like San Francisco continuously improving bicycle infrastructures. The airplane is based near Milan now, so I have spent some time there recently; and we were also recently in Paris with the original airplane (where you and I met!) – I was excited to see bicycles everywhere in both of these cities. My phone is full of pictures of beautiful bikes from Paris and Milan. Every city has a unique cycling culture and aesthetic, but the common theme is that cycling culture is growing rapidly, it gives me a lot of hope.   


SG : What do you suggest to French people for preserving their country, their city, garden ?
SFT : From where I’m sitting, I think it might be more appropriate for French people to suggest some things to us (in the U.S.)! It is encouraging to visit Paris and to see how much the city has changed for the better in the past few years with all of the cycling infrastructure and the electric vehicle initiatives. We all know what we need to do. Be efficient with the things we use and with the way we get around and the things we choose to buy and to eat. For me that means riding a bike and taking trains, keeping a garden and supporting local farmers and businesses. Sometimes it is difficult to break out of old habit patterns, but in my experience the things that are best for the planet also lead to a better quality of life. There is a beautiful world emerging, do everything you can do to encourage it to flourish! 

SG : What’s the next step ?
SF T: Another cup of coffee!

SG : Can we follow you on social networks ? SF T: Absolutely.  Facebook is the best place to keep up with updates from the project. Now that the new airplane is flying, it will be exciting. A lot of adventures coming up, and we’ll be going after some big records. The new airplane has camera mounts everywhere, so it will be fun to watch.

Bon vent (et soleil) à la Solar Flight Team et special thanks to Eric Lentz-Gauthier

Stéfane Grandcamp