Photographes professionnels : anges ou démons ?

Vous l’aurez compris, je ne parlerai pas de la sortie du film tiré du Best-seller de Dan Brown, mais plutôt de mes interrogations qui ont suivies l’exposition Controverses portant je l’avoue, parfaitement son nom !

Exposition Controverses à la Bnf Richelieu (paris 3eme) prolongée jusqu'à fin mai
Exposition Controverses à la Bnf Richelieu (paris 2ème) prolongée jusqu’à fin mai

La cinquantaine de clichés, souvent tristement célèbres, en raison de leur évocation, soulève des questions alors qu’émerge une génération de photographes en herbes, dont je fais partie. Prenons l’exemple du droit d’auteur. Il n’ a pas toujours été aussi puissant et protégé comme aujourd’hui. Ainsi Korda, Henri-Cartier Bresson, Bradshaw ou encore Christo se sont fait souffler les gains (considérables) de leur travail par leurs éditeurs. Autre question, le statut déclaré « d’oeuvre d’art » apporte le regard bienveillant du public, tandis que d’autres artistes sont (encore) considérés comme malsains, déplacés ou pornographes.

« Créer est divin, copier est.. humain ». Cette citation de Man Ray m’a interpellée puisque de nombreux clichés exposés réinterrogent les dérapages liés à l’appropriation d’une photo existante, souvent populaire. Jusqu’où peut-on s’en inspirer ?

Enfin une autre question dérangeantes est celle de la mise en scène et des fins qu’elle nourrit. Je vous parle de retouche, Staline en était le roi.

kevin cartner_petite fille au soudan_prix pulitzer 1993

Quid de la Loi Evin, lorsqu’elle retire à Tati sa pipe et la remplace par un moulin à vent ou encore lorsqu’on ne peut que trop rarement faire apparaître Sartre puisqu’il était fumeur invétéré ? Quant à la bague de Rachida Dati qui a disparue avec la sortie du numéro de Paris Match concerné..c’est un autre problème.La loi dit « pas de corps, pas de crime ». Pour le photoreporter, sans la photo, il n’y a finalement pas d’événement… Pensons à la shoah, aux camps d’extermination…ou encore à Buzz Aldrin sur la Lune en 1969.  Pour cela, le professionnel cherche souvent à combiner esthétisme et information. De fait, doit-on applaudir l’image « prise » (instantanée) ou encore une fois l’image « faite » (mise en scène) ? En outre, il arrive que le métier amène à devenir le témoin ultime d’un événement dont nous n’aurions pu être conscients. Kevin Cartner a reçu le prix Pulitzer 1993 à ce titre. Il s’est suicidé quelques mois plus tard ayant vécu trop violemment  la double bind (contrainte paradoxale). Celle de l’intervention ou celle du témoignage…

Verdict : Impossible de rester insensible à certaines photos. Drôles, inattendues, indécentes, scandaleuses, cruelles ou révoltantes.. Au-delà du cliché ce qui en fait tout l’intérêt c’est le  texte l’accompagnant voire la révélation qui en découle (Alice au Pays des Merveilles aurait pour origine la pédophilie ?) et que vous ne retrouverez pas, elle, sur le net !

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s