La “ « démobilité”  » ou comment réapprendre à nous déplacer ?

Une étude récente montre que lorsque la jeunesse new yorkaise a le choix entre un smartphone et une voiture, elle choisit sans hésiter, les technologies de l’information et de la communication.

Le principe du vélib,’ à Paris ou dans les grandes villes françaises, est l’exemple d’un choix non cornélien et qui prend de l’ampleur aujourd’hui; celui d’une mobilité subie ou d’une mobilité choisie. Le Développement Durable ne concerne pas que le bio… et la dramatique actualité nous a encore montré que le grignotage de notre civilisation sur notre environnement naturel est une erreur… Alors de plus en plus d’entreprises réfléchissent à des solutions alternatives. Ces réponses sont très attendues par un nouveau type de consommateur qui se demande notamment, comment se déplacer en polluant moins. Alors non.. il n’y a pas que les bobos concernés, parce qu’à Paris hélas, ils ne sont pas les seuls à ne pas trouver de taxis lorsqu’ils en ont besoin !

C’est en ce sens que le directeur de Voiture & Co (cf. infra) affirme que « ce n’est pas une injonction de passer à l’acte mais bien l’idée de passer à l’acte ensemble ». Mais parfois certaines propositions sont irréelles (la voiture électrique), paradoxales (le stationnement résidentiel induit un non usage de la voiture, la prime a la casse pour moins polluer mais encourage à acheter des véhicules) ou inutiles (rajouter des infrastructures pour désengorger les axes de circulation). De fait l’e-mobilité de Volkswagen, la voiture hybride de Toyota ou le système Stop&Go reviennent au même… « une voiture, reste une voiture. elle prend toujours autant de place, ce qui n’est pas soutenable en l’état » alerte Bruno Marzloff, sociologue et fondateur du think tank Chronos.

Quelles solutions alternatives ? ©mademoisellestefane - mars 2010

Cependant certaines idées sont remarquables et peuvent avoir un effet boule de neige car ne l’oublions pas DD & Business ne sont pas incompatibles et ce n’est pas une honte. La preuve par l’exemple avec Peugeot et sa nouvelle marque Mu, qui vient d’entrer dans l’économie de fonctionnalité. C’est à dire passer de la vente du produit à la vente de son usage pour faire simple. Des vélos, des scooters, des voitures sont mis à la disposition des citadins le temps qu’ils veulent pour une somme pour l’instant accessible.

Je concluerai sur cette juste pensée de Marc Fontanès « Il est difficile de changer les attitudes des gens qui, par exemple, prennent l’avion entre Paris et Bordeaux, alors que le train c’est plus rapide, plus simple, et plus confortable pour travailler. Mais ils restent attachés à leur programme de miles… Alors apprenons d’abord à nous déplacer avant de réapprendre à la faire ! »

Alors chacun (l’usager, vous, moi, nous) est donc en mesure de prendre ses responsabilités. Il est donc intéressant de se poser des questions et de faire des choix conscients. D’ailleurs, comment êtes vous allés faire vos courses aujourd’hui ? Lancez le débat sur la mobilité ce soir au dîner et vous verrez ? ;)

Les+
Découvrez la mobilité durable :  « Les transports, la planète et le citoyen » de L. Bu, M. Fontanès, O. Razemon – éditions Rue de l’échiquier  – février 2010
http://www.voitureandco.com Ils nous aident à bouger futé et en finir avec la galère des transports

2 réflexions au sujet de « La “ « démobilité”  » ou comment réapprendre à nous déplacer ? »

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s