En 2017

Ma vie comestible !

Séminaire Innovations et développement durable pour l’ISCOM, qui se tiendra a Levallois-Perret du 16 au 20 janvier.

La thématique

Souvenez vous de cette époque où l’homme était homme et on parlait encore de CSP/CSP+ …puis celui-ci est devenu plus volatile, moins fidèle et insaisissable par les professionnels du marketing ! Aujourd’hui cet homme est multiple…Existe t’il alors une société de consommation comme l’entendait Baudrillard  ou une multitude ?

le_festin_des_barbares_rancinan_press_bord_noir

Le festin des barbares.Cette cène revisitée est elle la représentation du banquet final ?

L’avenir des hyper ne semble pas vraiment menacé, a l’heure de la conso.responsable et des circuits courts, ni même de la R.S.E dans les entreprises (réduction des pack, recyclage, accès obligatoire pour personnes a mobilite réduite). Sommes nous condamnes a une ikeaisation de la consommation…du voyage au fromage !

 

Tous les indicateurs sont dans le rouge lorsque l’on parle de POSSESSION, de PLUS, de ALL INCLUSIVE, de…TROP, leitmotiv des consommateurs de ces 50 dernières années. Est-ce a cause des nombreux scandales alimentaires depuis la vache folle, la prise de conscience d’un monde fini ou encore (même si c’est a prendre en compte comme un signal faible) parce que chacun cherche son régime écolo voire detox ?

« Le temps du monde fini commence » Paul Valery, 1930

Quelles innovations alimentaires au regard d’un monde plus conscient de ses limites ? L’appétit grandit pour les produits sans gluten, sans additif, sans allergène, sans lactose, sans pesticide, zéro kilometre, comme le montre la dernière cuvée du Salon International de l’Alimentation 2016. Finalement est-ce la societe qui fait la consommation ou la consommation qui fait societe ?

photographie-marco-lopez-la-cene-revisitee

Cette autre cène de Marco Lopez, représentera t-elle le banquet final ? Réponse pendant l’engagment week du 16 au 20 janvier

Si certains ne jurent que par le bio, comment cautionner ce même produit version low cost dans un systeme alimentaire durable ? Que dire aussi des produits remarqués du SIAL, comme des essuis tout parfumes, des distributeurs de fleurs, de tongs, des fourchettes connectées, de la pâte a tartiner Bounty ou Twix ? Peut-on considérer que ce type d’innovations répond aux enjeux societaux ou cherche simplement a toucher de nouvelles tribus ?

mcdo_last_happy_mealUn premier postulat serait d’accepter l’existence de deux types de consommation : l’une responsable l’autre techno comme les box et « encas de bonheur » que l’on commande sur le web et les applis qui évitent le gâchis. Alors, a l’image des nouveaux media qui se concentrent sur les bonnes nouvelles et les solutions, pourquoi pas les faire coexister comme autant de façons de ne plus opposer la technologie a l’humain ou le futile a l’utile !

Pour le moment, la France se targue d’un WITHOUT quand en Californie on prefere parler de NO plus radical. Exception culturelle française et pas que sémantique, c’est donc bien a nous professionnels de la communication et des marques novatrices, d’incarner, d’éduquer et de favoriser la transition !

Les intervenants

Delphine Groll, directrice communication du groupe AUFEMININ (Aufeminin.com, Marmiton, My little Paris)  et créatrice de la GRETELBOX

Emma Stocking, porte-parole petillante du media p-o-s-i-t-i-f  SPARKNEWS

Jean-Luc Fessart, journaliste et fondateur du mouvement BON POUR LE CLIMAT regroupant des chefs étoilés