Au-dela du nouveau nom de domaine « .paris », la capitale communique sur son éco-exemplarité

Concours organise en partenariat avec egreen

Concours organise en partenariat avec egreen

A quelques jours de la mise en ligne du .Paris, la capitale française a de quoi nous rendre fiers. Elle ne fait pas que se (la) raconter culturellement, elle est aussi devenue une des villes les plus éco-exemplaires. Elle intègre les enjeux de DD et promeut les initiatives responsables a travers un site virtuel et un site physique inédits. C’est aussi via notamment l’édition d’un guide vert, un concours selfgreen, une appli 3.0, le supercycling, qu’elle challenge les autres capitales du monde.

Le guide du Paris Durable

Tiré à 40 000 exemplaires en anglais et en français, le guide propose de découvrir la capitale par thématiques : « Bouger en douceur », « Dormir au vert », « Manger bon, bio et local », « Consommer responsable », « Se faire du bien », « Visiter Paris autrement » et « Prendre l’air ».

Nous sommes allés découvrir ce qui se cachait derrière la Maison des Acteurs du Paris Durable dans le 4ème arrondissement. Cette structure méconnue dépend de l agence de l écologie urbaine, elle-même dépendante du service environnement de Paris. Nous y avons rencontre Eliane Jamin, Conseillère environnement et agent de Paris. Elle gère les événements physiques de la Maison des Acteurs du Paris Durable et son site, avec l’aide de trois personnes et deux community manager. Leur profils : des éducateurs a l’écologie (jardinage, consommation responsable, gestion de la biodiversité à la maison de l’air, la maison des oiseaux, l ex-péniche de l eau, la maison des cinq sens, la ferme de paris). 

S.G : Comment est née la Maison des Acteurs du Paris Durable (MAPD) ?
E.J : 
Il y a environ trois ans, la ville a opéré un changement d objectifs et de public. Denis Baupin (alors maire adjoint de Paris et chargé du développement durable, de l’environnement et du plan climat) a réalisé qu il y avait beaucoup d acteurs responsables méconnus a Paris. L’idée était donc de les regrouper et de les valoriser, parce qu’ un projet commence toujours par une rencontre, en référence à notre slogan.

S.G : La MAPD, c’est combien et quel profil d acteurs ?  
E.J : environ 3000 / 4000 acteurs. Ce sont des associations, des entreprises de personnes individuelles ou personnes morales. La catégorie la plus représentée ce sont les particuliers.

BALADE PARIS DURABLE : les conseillers espaces verts construisent le contenu de cette appli 3.O. Elle rencontre un grand succès, vous pouvez en profiter en solo sinon le réel et la communauté prennent le dessus.

BALADE PARIS DURABLE : les conseillers espaces verts construisent le contenu de cette appli 3.O. Elle rencontre un grand succès, vous pouvez en profiter en solo sinon le réel et la communauté prennent le dessus.

S.G : Quelles sont les actions engagées pour animer le site virtuel (web) et le site physique (Maison) ?
E.J :
 Toutes nos actions se regroupent autour d’une philosophie, celle de l’écologie des solutions. C’est-a-dire faire mieux sans payer plus cher. A paris, c est difficile de se fournir c est tjrs un peu plus cher mais il y a l’exemple des ressourcerie, recyclerie, rejoué, etc.
L’element important de notre site web, c’est son agenda.
On y verra par exemple que Sofiz organise un colloque.
De même pour les ateliers  de la souris verte, sorte de do it yourself pour les cosmétiques. il y a aussi les Fourmis vertes (syndic, aides a la personne, citoyens). Nous organisons beaucoup d’événements pour faciliter les rencontres et les échanges  comme avec le refeed, cuisiner sans pesticides avec l’association « de la fourche à l assiette ». Il y a des Amap et des épiceries solidaires permettant d acheter sain selon les moyens.  On privilégie plutôt des actions relatives à l’économie positive. Les membres-acteurs du Paris Durable, peuvent organiser un événement à condition qu’il soit gratuit, dans la thématique DD et ouvert a tous..

le réseau français des étudiants pour le Développement Durable

le réseau français des étudiants pour le Développement Durable

S.G : Greenpeace pourrait-elle venir faire une réunion ici ?
E.J : Non, nous ne faisons pas dans le militantisme.

S.G : Existe t-il un profil type du parisien responsable ?
Il y a beaucoup de femmes, situées de l est parisien, déjà actives dans cet univers (amap jardins partagés, conseil de quartier). Elles ont un emploi fixe, un niveau de vie assez confortable. C’est aussi a contrario des jeunes sans emploi curieux.  Les personnes dans l urgence personnelle ne peuvent pas se préoccuper de ces questions.

S.G : Existe t-il parallèlement un profil type d’acteurs responsables professionnels ?
E.J : association, T.P.E, commerçants responsables, carrot mob, ouishare, des artistes des créateurs de vêtements bio, upcycling, withaaa (atelier : appréhender la matière, disparition des ressources). Le miel béton et le parti poétique… Saviez que le miel de Paris était de très bonne qualité comme les abeilles doivent travailler deux fois plus pour trouver les meilleurs ingrédients…. et qu’à Paris désormais il n y a plus de pesticides dans les jardins au regard de la charte biodiversité.

S.G : En quoi consiste la Promotion des Acteurs du Paris Durable ?
E.J : C’est une récompense de projets innovants. La compétition s’articule autour de trois types de participants : particuliers – association – T.P.E.
L’un des gagnants, en 2013, était « la domotek » : prêt de produit menager-bricolage.
En 2014, il s’agit notamment d’extramuros, de bioburger, etc.

Merci Eliane et bonne continuation a la MAPD !

Promenades « culturbaines »

Exposition Beaubourg 2010

Exposition Beaubourg 2010

Comment joindre l’utile à l’agréable ? Comment se cultiver en s’amusant ? Comment combiner théorie et pratique ?  Comment se retrouver en Chine en ayant quitté Paris 20mn avant…Bienvenue dans le monde des Promenades Urbaines !

L’association fondée par Yves Clerget (architecte urbaniste, responsable de la pédagogie de la ville, de l’architecture et du design au Centre Pompidou) il y  a une quinzaine d’années, a pour objet de sensibiliser le grand public aux beautés et aux différents courants de l’architecture. « Elle regroupe les Conseils d’architecture, d’urbanisme et d’environnement de l’Essonne et du Val-de-Marne, la Cité de l’architecture & du patrimoine, le Centre Pompidou, le Pavillon de l’Arsenal, des responsables de la Politique de la Ville (Paris), ainsi que des promeneurs éclectiques. Ce programme de promenades en compagnie d’architectes, d’urbanistes, de créateurs, de gens de lettres, de conservateurs, d’universitaires, et d’acteurs de la vie associative s’échelonne tout au long de l’année« . Les Promenades Urbaines ont pour support ou point de départ une exposition dans la ville et se poursuivent par une visite in situ. La semaine dernière le Nord-Est de Paris était en vedette dans le cadre de la conférence liée à la réhabilitation des entrepôts Mac Donald dans le 19ème.

Coney Island 60 ans après..

Coney Island 60 ans après..

Patrick Urbain nous explique à ce titre que pour faire voyager les visiteurs (le low cost n’étant pas encore une culture), on faisait venir des petits africains ou autres habitants de contrées exotiques (souvent colonisées), on les habillait et installait « comme à la maison » sur les berges de la Seine dans des villages aux faux airs de Sénégal, les 25°C d’écart inclus…

Nous constatons aussi que Las Vegas, vide de constuctions remarquables mais remplie de signes n’est qu’un habillage de lumière. Vulgaire diront certaines écoles et charnière pour d’autres qui y verront l’avènement d’un modèle urbain post-moderne.

A Paris, des écrins de ce type sont encore visibles mais plutôt méconnus et Promenades Urbaines nous proposait de les voir grandeur nature pendant la seconde partie de la journée…Si vous disposez d’une voiture, en direction de l’A4, l’immense et énigmatique pagode ne vous aura pas échappée. Que fait un tel monument ici ? Pourquoi en périphérie de Paris plutôt qu’à Belleville ou dans le 13eme ? Pour le savoir nous nous sommes rendus, après un petit pique nique, au pied des tours-livres de la BNF, pour emprûnter le sympathique Voguéo (navette fluviale, utilisable avec votre abonnement Navigo sinon c’est 3€) et approcher cette dérangeante et intrigante construction à la confluence de la Marne et de la Seine.

La Cité interdite ? .. L'ancien centre commercial de ChinagoraPur produit marketing, conçue en 1992, la pagode flottante avait pour but de fasciner le français pour l’inciter à visiter la Chine voire commercer avec elle. D’autres répliques existeraient ailleurs.. Elle est composée d’un hôtel 3 étoiles comprenant 300 chambres, d’un restaurant, de salles d’exposition et d’un Centre Commercial.. Seulement il semblerait que le promoteur immobilier « le nouveau monde » ne s’en préoccupe plus beaucoup et ne pait plus ses loyers (malgré une pratique de prix abusive.. 93€ une chambre). C’est pour cela qu’aujourd’hui tout est fermé.. sauf l’hotel que nous nous sommes empressés de visiter..

Mais Shining et Jack Nicholson, à côté ne sont rien. Plus glauque encore qu’à l’extérieur nous avons quand même eu la merveilleuse surprise de pénétrer à titre exceptionnel, le jardin intérieur, havre de paix, dont on peut encore imaginer le charme (aujourd’hui tombé en désuétude). Un tel gâchis a délié les langues au sein du groupe et libéré la créativité de chacun, imaginant Jean Nouvel et Stark s’unissant pour créer l’endroit le plus branché et poétique de Paris ;) Jardin exotique du Chinagora - copyright mademoiselle Stefane - juin 2010Cette journée s’est achevée avec la visite du quartier Allégoria à Alfortville qui ressemble à la ville rêvée de Disneyland.  Ces « villas suspendues »  composantes d’ immeubles témoins de l’architecture « vernaculaire » (et en plus on devient plus intelligent) auraient sans doute intéressées l’acteur Jim Carrey dans The Truman Show..

En tout cas, cet ensemble de visites placé sous le signe de la diversité intellectuelle et de la découverte de lieux insolites le tout pour une somme modique, valaient vraiment le détour  ! Qui a dit que la culture a Paris n’était pas accessible à tous ?

Les +
http://www.promenades-urbaines.com
– Cannibale l’histoire vraie du grand-père de Christian Karembeu qui a vécu les travers de l’exposition universelle. Aux éditions Verdier

– The world, film réalisé en 2005